En tant qu’enfant de Dieu, vous avez des priorités à assumer : Dieu d’abord ! Quand Dieu voit que vous mettez en premier votre relation avec Lui, que vous prenez du temps pour l’adorer, pour Le servir et vivre dans Sa communion, alors les sources de Ses grâces s’ouvrent pour vous.

La prière, l’action de grâces doivent être le commencement de toutes choses: de votre journée, de vos projets, de vos travaux… En général, dans la vie des chrétiens, il y a un énorme déficit dans le temps de prière et d’adoration, mais Jésus affirme que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est en demande, en recherche de vrais adorateurs.

« Les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. »Jean 4 :23-24.

Certains adorent Dieu que le dimanche au culte. Est-ce que vous pensez que c’est suffisant pour Dieu ? Notre Dieu est un «Dieu jaloux», et c’est là une preuve de Son amour pour nous ! Il veut que nous Lui abandonnions nos vies entièrement.

Nous avons été conçus pour adorer quelque chose, et quand nous n’adorons pas Dieu, nous nous créons des dieux, des idoles, pour nous soumettre à eux.

Tout le monde se soumet donc à quelque chose ou à quelqu’un : si ce n’est pas à Dieu ou pas totalement à Lui, on peut se soumettre à l’opinion populaire, à l’argent, au ressentiment, à la crainte, à la convoitise, à notre amour propre… D’ailleurs un des plus grands obstacles à l’adoration est assurément l’orgueil. Il nous empêche de louer Dieu, d’élever notre voix, de nous mettre à genou devant Lui sans la peur du regard des autres. Bien souvent nous sommes d’avantage concernés par l’opinion de nos voisins que par celle de Dieu.

Un bon conseil pour vos moments d’adoration : Ne faites jamais rien parce que les autres vous regardent et ne renoncez jamais à faire quoi que ce soit parce que les autres vous regardent !

Nous sommes libre de choisir ce à quoi nous nous soumettons, mais nous ne sommes pas exempts des conséquences de ce choix. Par ailleurs, on ne peut pas servir Dieu et nous soumettre à autre chose.

« Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. » Matthieu 6.24.

Noémie Debleds