Après des années de vie sans Dieu, nous devons apprendre à vivre avec une conscience renouvelée par l’Esprit Saint et alimentée par la Parole de Dieu.

Cette conscience qui est originellement le produit de la perte de la relation avec Dieu, au moment où l’être humain a préféré de s’attacher aux règles en abandonnant la relation d’amour pour le légalisme, agit bien souvent au dedans de nous comme un juge accusateur et non comme un arbitre nous permettant d’effectuer au mieux nos choix.

Les différents états de conscience du croyants qui sont stipulés dans la Bible (faible, endurcie et mature) nous permettent de comprendre qu’elle n’est pas infaillible et ne doit pas devenir un dieu en nous car sous le règne de la conscience agissant tel un juge, le croyant vit sous la culpabilité qui le pousse à l’auto-justification en tentant de se défaire des sentiments désagréables que le coupable éprouve. Par opposition, quand Dieu règne en nous, la conscience nous conduit aux remords selon Dieu en vue d’obtenir la réconciliation et de rétablir la relation brisée.

Lorsque votre conscience vous accuse cherchez-vous, en finalité, à soulager ce sentiment dérangeant en accomplissant une liste de démarches à effectuer pour espérer retrouver un état de paix intérieure ou venez-vous simplement au Seigneur dans le but d’être restauré dans la relation afin de continuer à recevoir son amour inconditionnel, son pardon, ses consolations, ses encouragements, ses directions et son aide afin que la tristesse qui est en nous soit pleinement guérie?

N’oublions pas que notre conscience fait partie de la condition de vie dans un monde déchu, sous le jugement de Dieu.
Ainsi, la maturité de la conscience dans la dynamique spirituelle de son renouvellement entraîne les croyants dans une plus grande conformité aux valeurs bibliques en les aidants à déterminer avec la plus grande exactitude qu’elle est la position biblique sur leurs actions.
Mais attention, tout cela ne rend pas la conscience infaillible et ne remplacera jamais la communion avec Dieu et notre écoute de sa Parole révélée par le Saint E.

Si notre conscience renouvelée émet des avis mais elle ne doit pas être un guide suprême au dedans de nous.
Car quand la conscience règne c’est en réalité encore nous qui régnons…! Il y a donc un véritable danger à vivre sous le règne de la conscience en abandonnant ainsi celui du Seigneur et de sa Parole.
Past. Xavier LAVIE